vendredi 10 juillet 2009

Question d'échelle


Alors que Games Workshop se prépare à lancer son Assaut Planétaire quelques mois après nous avoir convaincu que les Rhinos s'achetaient par pack de 12 lors du lancement d'Apocalypse, que Forge World nous propose moyennant Courronnes sonnantes et trébuchantes d'adopter un Titan qui pourra broyer du fantassin à la pelle moyennant des armes à lancé de dés massif, je tombe par hasard sur un double décimètre, et je me pose quelques questions.

Un champ de bataille, de dimensions standards, fait 120cm de profondeur. Ramené à l'echelle, en choisissant quelque chose comme 30mm sur la table pour 2 mètres IRL, ça nous fait un champ de bataille d'à peu près 80 mètres de profondeur. Je ne pousse même pas le vice jusqu'à retirer les zones de déploiement, mais j'en arrive à la conclusion suivante: en gros, un champ de bataille, chez GW, c'est un grand terrain de foot. Or si à la FIFA ils ont vite compris que mettre plus de 22 joueurs en même temps, c'était assez contre productif, selon les armées choisies, à 40k, on peut se retrouver, par camp, avec une soixantaine de piétons et une demi douzaine de chars. Tout ça sur un terrain de foot.

On va me dire, et le livre de règle en attestera, que je suis trop terre à terre, que la guerre de table repose sur l'abstraction, d'ailleurs on voit parfois écrit qu'un homme égal cent hommes, qu'un mètre égal dix mètres. Pourquoi pas. Simplement tout cela va à l'exact encontre de ce que nous propose Warhammer: d'abord le principe de représenter fidèlement les guerriers, voir de les individualiser avec des petits noms et des grosses haches, ensuite dans la mécanique de jeu tout ce qui repose sur l'individu: un tir par gaillard, un mort = un tir en moins, plusieurs morts = un test de déroute, tout le système de jeu individualise les guerriers. On retrouve ces principes dans beaucoup de jeux d'escarmouche, d'ailleurs même chez GW, les mécanismes de Necromunda ou de Mordheim diffèrent à peine (à un ou deux jets prêts) de ceux de Battle ou de 40k. Et là c'est clair, un bout de plomb vaut un bout de bidoche.

Ce qu'on nous propose, c'est donc un "wargame" simulant quelques minutes d'affrontement (c'est pas moi qui le dit), avec chaque coup de revolver résolu en détail (oh, attention, mon sergent à un pistolet laser), ou une unité, à l'échelle du jeu, parcourra, si elle n'a rien trouvé d'autre à faire (et c'est peu probable vu la densité de gus sur le terrain de foot), 10 fois sa propre longueur, et où le bon fantassin, celui que t'as passé une heure à peindre, vient pour jouer le rôle de sa vie, à savoir celui de point de vie pour arme lourde.

Il suffit cependant de regarder l'historique de 40k pour se rendre compte qu'il y à une quinzaine d'années, le jeu relevait davantage de l'escarmouche, avec très souvent moins de 40 figouzes par camp, et quasi jamais de véhicules. Les règles, les dimensions de la table, les principes du jeu, remontent à cette époque, et n'ont guère évolué, malgré l'explosion démographique sur les tables. Mieux, GW à l'époque avait même pensé au combat de masse, avec davantage d'abstraction, vous savez, celle dont je manquais tout à l'heure, et qui permettait sur une table de pingpong de mettre en oeuvre des titans et des compagnies de char, avec epic 40000. Oh, enfin une échelle qui représente un Baneblade autrement que comme 2 kilos de plastique qui occupent un quart de la table! Et d'ailleurs, nos ancêtres les joueurs d'historique ne s'y sont jamais trompé: trouvez moi un seul système qui choisi de représenter de la bataille de masse en 28mm?

image piquée à Usagi3 dans son article sur Apo

Ben oui mais non, c'eut été trop simple. Ou trop compliqué? Parce que pour GW, quoi de plus facile que de faire tourner les matrices un peu plus vite et d'amortir les moules plastiques? A quoi bon entretenir deux gammes, et deux jeux cohérents, quand il suffit de bricoler un truc infâme auquel de toute manière, les chiards adhèreront, parce que les gros tanks, ça c'est trop fort. Au lieu de repenser Epic (au besoin en se basant sur la communauté vivace de joueurs), et de sortir des figurines 6mm à la hauteur des standards actuels (parce que comparer un space marine 6mm d'il y a 15 ans et un chevalier gris à la même échelle sorti par FW récemment, ou regarder ce qui se fait actuellement ailleurs en 15mm, ça laisse rêveur), on préfère te refourguer à des prix défiant l'entendement (alors que Rackham se prépare à nous montrer comment on peut faire des économies d'échelle) des grappes de 28 mm par douzaines.

Pire, en plus d'une expérience de jeu pourrie (les joueurs actuels de 40k n'ont souvent testé que ça), on dévalorise pour moi le côté modélisme en encourageant à peindre à la chaine des figurines souvent identiques qui de toute façon ne sont là que pour servir de marqueurs de point de vie, et qui n'ont pas le moindre intérêt tactique sur le terrain. Alors oui, une armée de 10000 points, posée sur une table, c'est beau (encore faut il qu'elle soit correctement peinte), mais force est de reconnaître qu'à part pour un éventuel concours de bites, ça n'a, en terme de jeu, pas le moindre intérêt, sinon ruiner un système déjà pas vaillant vu son grand âge en proposant une partie de rugby par char interposés.

Alors pourquoi? Pourquoi les armées de chiards tombent dans le panneau, et achètent 20 chars pour les peindre en deux couches, et confortent ainsi Games Workshop dans sa médiocrité ludique et créative actuelle (attention, hein, j'apprécie beaucoup la qualité des figurines qu'ils sortent)? Si vous n'êtes pas un chiard, que vous peignez en plus de deux couches, et que vous jouez aussi à d'autres jeux de guerre, votre avis m'intéresse...


3 commentaires:

Anonyme a dit…

Je passe sur ton blog par hasard, mais puisque tu demandes des avis, voici le mien :

GW a réussi à me dégoûter il y a un moment déjà. Pour des raisons similaires à celles que tu exposes, et d'autres, comme une politique commerciale qui commençait à me sortir par les oreilles.

J'ai gardé Blood Bowl, Necromunda (même si on ne fait qu'une partie toutes les lunes), et tout ce qui tourne autour du SdA. Le reste a été donné ou revendu.

Je me suis lancé dans l'historique (plus un descendant qu'un ancêtre, donc). Je crois que passé un certain âge, ça devient une étape naturelle. C'est plus facile si on a des joueurs de son entourage qui font le même constat et qui sont prêts aussi à franchir le pas. Et avec certaines armées, ça peut devenir un bonheur de peintre aussi.

archiviste a dit…

Woah... l'analyse que j'aurais voulu faire et l'article que j'aurais voulu écrire il y a longtemps. En tout cas sur tout ce qui concerne l'échelle, de taille et de temps. Merci beaucoup. :)

J'apprécierais bien une rallonge sur les décors de bâtiments qu'on voit en général sur les tables de jeu (ceux que certains veulent absolument réalistes) et la taille qu'ils feraient réellement...

Genre une usine... pardon un "Manufactorum" à peine plus grande qu'une villa ?

nikko a dit…

Pour les décors, je n'autilise quasiment que des ruines en SF donc on ne sait pas ce que c'était donc on s'en fout, c'est juste pour bloquer les lignes de vue.
J'ai plein de matos 40K mais je n'y ai jamais joué, j'utilise les figurines dans d'autres règles et c'est de l'escarmouche.

Enregistrer un commentaire