mardi 24 novembre 2009

Eh ben non non, l'aubergiste il est pas mort!


Bon, c'est vrai, voilà près de deux mois que je n'ai pas exprimé ma mauvaise humeur sur ce blog, et pourtant! Pourtant les occasions n'ont pas manqué. D'abord la re-sortie de Space Hulk, ou comment faire rapidement rentrer les sioux dans les caisses en proposant du réchauffé sauce nostalgie, avec le succès qu'on connait: hop, 75€ sur l'autel de l'immobilisme ludique, certains allant même jusqu'à en acheter plusieurs boîtes, on sait jamais. Certes le jeu n'est pas mauvais, certes, le nouveau matériel est plutôt sympa, notamment les figouzes (on aurait aimé des grappes plastiques de Space Hulk plutôt que des couloirs en carton, mais bon...), mais quand même, le procédé laisse rêveur: on ressort des tiroir un jeu qu'on a scrupuleusement abandonné depuis 15 ans, on ferme les fansites qui ont maintenu la flamme, on se la joue édition limité histoire d'accroître encore virtuellement la valeur ajoutée, et Jackpot quand même... Joli Hold-Up... Pendant ce temps là, Grindhouse Games sort Incursion, un jeu sympa, dans le même esprit plateau/shoot, avec de jolies figz aussi un peu originales, mais nada, hormis quelques passionnés furieux qui se démènent (chapeau Gregory!), le jeu passe quasi inaperçu, et on préfère enrichir l'ogre que soutenir l'initiative d'un nouvel acteur.



Il y a eu l'article de Libération qui a suscité tant d'indignation chez la communauté des joueurs: comment ose-t-on présenter notre noble sport comme un loisir de puceaux attardés compensant une vie sociale en berne en bavant devant un profil de Space Marine(tm) . Et le je dis, faut pas se plaindre, parce qu'au lieu de trouver des spécimens adolescents, en creusant en peu, ils auraient pu débusquer des modèles arrivés à taille adulte, parce que bon, faut pas se leurrer, les tournois sont des nids ou l'on peut "croiser régulièrement toutes sortes de névrosés frustrés, de tous âges d'ailleurs, et croiser l'orbite de mecs azimuthés qui pensent que l'empereur existe vraiment" (je m'autocite). Alors voilà, oui certains d'entre nous assument bien le fait de jouer aux petits soldats à un âge avancé, et de peindre des barbares en slip de fourrure, mais la famille compte également des petits cousins mongols et des oncles consanguins, et si ces gens la peuvent pourrir l'image de la guerre de table, il faut également en assumer la parenté. Ou alors les pousser dans le bain de prométhéum, mais en tout cas, on ne peut surtout pas faire comme s'ils n'existaient pas. Ils sont nombreux. Ils sont partout. Et sûrement majoritaire. Lors de votre prochaine sortie en tournoi, ou dans un magasin rouge, vous ne regarderez plus les joueurs de la même manière, et vous vous sentirez seul, tellement seul...




On enchaîne sur ces bonnes paroles avec la dernière en date de chez GW: le carpet bombing juridique sur tout ce qui de près ou de loin utilise le mot Bloodbowl(tm), l'imagerie associée, les règles, et tout ce que l'imagination des juristes de GW rattache à la propriété intellectuelle (un profil?? c'est nouveau ça??). Comme pour Space Hulk, si BloodBowl à la moëlle aujourd'hui, c'est grâce à une communauté de joueurs qui ont soutenu le jeu pendant une traversée du desert Lentonnien qui a duré un bon moment aussi. Du travail d'amateur pour créer des ligues, des outils, de nouvelles équipes, etc... Aujourd'hui le jeu vidéo ressort, avec un certain succès, et bim, on s'en prend à ceux qui ont permis ce succès. Ils vont même plus loin, la menace de ne pas sortir la nouvelle édition des règles (fruit d'un travail communautaire et collaboratif, je le rappelle pour ceux du fond) si des marques de figouzes sortent des modèles correspondant aux profils des starplayers, y compris de ceux que GW n'a jamais sculpté (et ne sculptera vraisemblablement jamais). Ils en ont le droit. Bien sûr, on peut même copyrighter une couleur ou des gènes, en ce bas monde... Mais encore une fois, ça laisse un bon vieux goût de vomi en bouche, et les types qui ont investi du temps et de l'énergie pour soutenir un jeu abandonné par une politique commerciale stupide doivent avoir du mal à s'assoir ces jours ci. En terme de communication, dans un marché où la communauté est si importante, on peut se demander si c'est adroit de la part de GW. Mais peut être ont ils confiance en leur clientèle servile qui fermera une nouvelle fois les yeux et qui ira même jusqu'à donner raison au maître.

J'arrête la pour ce soir, il y avait matière à en écrire, des articles, durant ces deux mois, mais voilà, j'ai une excuse, madame, je découvre la vie de famille en formation accélérée, et ça risque de ralentir mon rythme pour les quelques mois à venir.

En projet, quand même, quelques articles Paintjob, puisque j'ai fini quelques trucs, des nouvelles de mon projet de jeu d'escarmouche qui sera futuriste, et dont le cahier des charges vous parviendra bientôt, une ou deux chroniques de lectures et d'achats, bref, y'a de quoi faire...

J'en profite pour saluer toute la figoblogosphère que je lis quotidiennement, et qui me ramène dans la voie du guerrier de table. Merci à tous!


http://lh4.ggpht.com/_vMl20VGHnX8/SgL2F6EGwdI/AAAAAAAAADw/4WcklOG17C4/signature.png

2 commentaires:

Ulu Elsomalien a dit…

Le pire, c'est que malgré toutes ces atrocités, la direction de Gros Woleur sait comment "dissimuler" ses matraquages de passionnés en caressant dans le sens du poils ses clients (plus ou moins) lambda. Et oui, alors que les posts vindicatifs fleurissent sur les blogs, la promo du GD 2010 "scotche" les esprits (et les portefeuilles) déjà alléchés par une "vente au poids" prévue pour fin novembre.

Dans un autre registre, j'adore ton schéma de couleur pour le Morat.

Un joueur (en devenir) d'Infinity

poussefigs a dit…

Ouais et en plus GW c'est rien que des...

Nân, j'déconne. C'était juste pour dire que ça fait plaisir de pouvoir relire ta prose, depuis le temps... :)

Enregistrer un commentaire